Nouveaux médias et culture transnationale en Tunisie : quels enjeux socio-culturels ?

Résumé : Longtemps les moyens et techniques de communication ont été considérés comme de formidables outils d'émancipation individuelle et collective et comme de véritables accélérateurs de changements sociaux. La transnationalisation des réseaux et les échanges culturels viendraient consacrer cet état de fait notamment dans les sociétés du Sud. Plus récemment, les discours journalistiques et même savants charrient cette vision idéalisée des Technologies de la communication en réduisant " les révolutions arabes " à la performance technologique des réseaux de communication (Castells, 2011). Concrètement, au Maghreb et dans le Monde arabe, la massification des usages des nouveaux médias et la progression des pratiques d'Internet présageraient de l'avènement d'un nouvel espace politique (Mohsen-Finan, 2009 ;Gonzalez-Quijano & Guaaybess, 2009). En Tunisie, les prises de parole contestataires publiées sur le Net par des cyber-activistes attesteraient d'une reconfiguration de l'espace public dans un pays où l'État autoritaire monopolisait l'expression politique et s'opposait à toute forme d'autonomie de la société civile (Lecomte, 2009). Ces différentes constatations mettent en perspective la dynamique " libertaire " des nouveaux médias rendue possible par les spécificités techniques des réseaux de communication planétaire comme Internet. Dès l'origine, le web était destiné à devenir un réseau ouvert à tous, court-circuitant les systèmes de contrôle étatique et portant les aspirations d'une construction sociale " par le bas " (Cardon, 2010, p.13). Sans remettre en question certains atouts technologiques et socio-culturels de la " mondialisation culturelle ", il importe pour notre part d'interroger la manière dont les individus imaginent et assurent leur intégration à la société globale. L'impact de leurs pratiques sociales et culturelles sur l'agenda politique, par exemple, est un repère important pour mesurer les enjeux socio-politiques de la " mondialisation ". En effet, on peut constater que l'usage des TIC peut devenir un puissant catalyseur des mouvements sociaux, comme cela a été le cas lors du soulèvement révolutionnaire en Tunisie. Toutefois, pour que l'espace public soit complètement transformé, d'autres paramètres devraient être nécessairement présents comme, par exemple, le potentiel de mobilisation de la rue et sa détermination à renverser l'ordre dominant. En se penchant sur les mutations actuelles de la société tunisienne, sans pour autant prétendre apporter des explications exhaustives, notre proposition s'efforce d'analyser certaines pratiques d'Internet, en l'occurrence les récits individuels déployés par la blogosphère avant la chute de l'ex-président Ben Ali. En étudiant les paroles personnelles mises en ligne, il s'agit pour nous de montrer la manière dont les individus tirent profit de la transnationalisation, manifestent leurs choix culturels et sociaux et articulent leurs libertés individuelles aux libertés publiques. Contrairement à une vision holistique de la sphère publique, nous empruntons à Bernard Miège la notion d'" espace public partiel " (Miège, 2010) et à Peter Dahlgren les spécificités de la " sphère publique en ligne " (Dahlgren, 2005) en considérant l'espace ouvert par les blogueurs tunisiens, certes, comme un mouvement de publics concurrents (Fraser, 2001, p. 139) mais possédant ses propres spécificités structurelles qu'elles soient politiques, sociales ou culturelles. L'un des enjeux de ce mouvement étant d'élargir éventuellement l'espace discursif. Mais, comme le précise Dominique Cardon, dans cet espace," la ligne de partage entre sociabilité privée et débat public est trouée par une nouvelle sensibilité qui conduit les individus à s'exposer et à tisser, devant les autres, les fils entre leur vie personnelle et les enjeux publics " (Cardon, 2010, p. 11). Au vu de ces éléments, l'espace numérique offre une nouvelle modalité de l'échange public. L'observation et la lecture des récits publiés sur le Net par les blogueurs en Tunisie nous montrent que les pratiques numériques sont déterminées par des manifestations d'affirmation de soi et de ses valeurs, en vue d'un agir individuel et collectif qui prendrait moins le portrait d'un militantisme politique traditionnel qu'une forme de libération de la parole personnelle. Tout en visant la conquête de la citoyenneté, ces pratiques mettent en avant l'individualité et l'autonomie de la vie personnelle. Nous mettrons ainsi en perspective les paroles émergentes d'une sphère formée de personnes " autonomes ", " des amateurs " (Flichy, 2010), en vue de montrer en quoi le réseau planétaire qui est Internet a été le support d'une lutte civique et citoyenne pour l'épanouissement d'une subjectivité muselée. Notre hypothèse est que l'affirmation de son individualité sur le blog va de paire avec les pratiques de la citoyenneté au sens d'une participation active à la cité. La revendication des internautes tunisiens des libertés numériques constituent au fond une volonté de reconnaître en eux les individus-citoyens que l'autorité politique au sens large cherchait constamment à marginaliser. Bien que circonscrit dans l'espace numérique, la mobilisation de certains blogueurs incarne en réalité cette émancipation individuelle, qui réfute encore une fois les thèses culturalistes à propos de la société holiste, et qui porte les éléments d'un nouveau projet sociétal. A travers l'étude de certains blogs tunisiens où la réalisation de soi se conjugue avec la culture citoyenne, notre questionnement s'articule atour de la forme et du contenu des écrits numériques s'érigeant en une nouvelle culture : quels sont les aspects formels mis en évidence par les internautes dans leurs blogs? Comment les blogueurs articulent-ils leurs problématiques individuelles d'autonomie à travers la revendication de la liberté d'expression sur le Net, avec un agir collectif visant un nouveau modèle de société? Cet espace d'échange public serait-il une coextension de la sphère privée et de ses problématiques? Notre travail s'appuie sur une analyse socio-discursive d'un échantillon de blogs qui sont à l'œuvre depuis quelques années et qui jouissent d'une bonne audience malgré la censure. Il s'efforce de conduire une réflexion sur cette nouvelle culture de participation qu'offre le Net en Tunisie en montrant sa complexité, notamment à travers les contraintes politiques et sociales qui déterminent à certains égards les expressions individuelles, mais aussi la détermination des blogueurs tunisiens dans les différentes phases de mobilisation pour la conquête de la parole en ligne.
Type de document :
Communication dans un congrès
Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.257, 2013
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [12 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.univ-lille3.fr/hal-00826067
Contributeur : Compte Laboratoire Geriico <>
Soumis le : lundi 22 juillet 2013 - 16:13:53
Dernière modification le : mardi 5 septembre 2017 - 14:43:42
Document(s) archivé(s) le : mercredi 5 avril 2017 - 15:57:51

Fichier

axe_3_colloque_cmn_dahmen-jarr...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-00826067, version 2

Collections

Citation

Zouha Dahmen-Jarrin. Nouveaux médias et culture transnationale en Tunisie : quels enjeux socio-culturels ?. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.257, 2013. 〈hal-00826067v2〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

486

Téléchargements de fichiers

640