Des algorithmes comme actants interactionnels : formes organisationnelles et normes techniques dans le contexte des nouveaux médias

Résumé : La question de l'organisation se rapporte usuellement à deux grands ensembles de problématiques s'articulant l'un à l'autre. Le premier se réfère à l'organisation en tant que processus de construction de l'ordre et du sens dans l'action et l'interaction (Quéré, 1991). Le second renvoie à l'analyse de l'organisation en tant qu'ensemble ordonné et structuré d'activités closes sur elles-mêmes. L'émergence des nouveaux médias semble aujourd'hui impacter ces deux acceptations de la notion d'organisation et les modalités de leur articulation. Non seulement parce que l'action et l'interaction semblent toujours plus devoir être partagées avec ces nouveaux dispositifs, mais aussi, et surtout, parce s'opère à travers eux une dis-location progressive des processus organisants et de l'organisation elle-même - en tant que " totalité " structurée. Dans cette communication, nous souhaiterions plus particulièrement porter notre attention sur les multiples plateformes par l'intermédiaire desquelles les traces que laissent - volontairement ou non - les acteurs dans l'espace numérique se trouve analysées et rassemblées pour composer des " textes " singuliers visant à guider l'action d'autres acteurs. Si ces logiques se trouvent aujourd'hui mobilisées dans un nombre croissant de dispositifs - moteurs de recherche, moteurs de recommandation, logiciels de trading, etc. - nous nous concentrerons plus précisément dans cette communication sur l'analyse de Google en nous proposant de répondre à la question : avec quoi/qui interagit un acteur - et éventuellement une organisation à travers lui - lorsqu'il fait usage de Google ? Et selon quelles logiques spécifiques partage-t-il alors son action avec d'autres actants ?Nous souhaiterions proposer ici une perspective d'analyse permettant d'appréhender le caractère hybride de ces nouveaux dispositifs en prenant acte de ce qu'ils résultent d'une forme d'organisation artefactuelle de la communication visant à en régler l'économie interne à partir d'algorithmes. A cette fin, nous présenterons une approche communicationnelle de ces nouveaux médias et des formes d'organisation qu'ils contribuent à produire se fondant sur une pragmatique (Austin, 1991), (Searle, 2008) des interactions conversationnelles distribuées et dis-loquées (Cooren, 2010) intégrant l'analyse des capacités performatives et organisationnelles des actants algorithmiques. Dans cette perspective, nous considérerons donc que l'usage de Google ou la production d'un lien hypertexte ultérieurement analysé par l'algorithme PageRank (Page, Brin, & Motwani, 1999) peuvent être analysés en tant que séquence d'une interaction toujours-déjà en cours avec l'ensemble des contributeurs et des usagers du web. Nous adopterons ainsi une perspective anthropologique symétrique radicalisée visant à rendre compte du rôle que jouent les actants algorithmiques dans l'organisation de ces interactions. Cette approche nous invitera à questionner les notions de contexte, d'action et d'organisation dans le cadre d'interactions distribuées et dis-loquées au sein de réseaux hétérogènes mêlant actants humains et actants algorithmiques. Nous nous interrogerons plus précisément sur la dimension organisante de ces agencements, et sur les formes d'ordre " spontané " qui résultent de ces interactions distribuées non concertées et non intentionnellement coordonnées. Nous questionnerons ainsi les théories de la communication organisante (J. Taylor, 2000), (J. R. Taylor & Van Every, 2010), (Cooren, J. R. Taylor, & Van Every, 2006) dans leurs apports - dynamique de la conversation et du texte - et dans leurs limites. Tandis que celles-ci prennent pour modèle des situations présupposants des acteurs visant intentionnellement la production d'une communauté d'action et dans lesquelles cette intention précède le processus d'organisation lui-même et le conditionne, nous montrerons qu'il est possible d'identifier dans ces réseaux d'actants hétérogènes des phénomènes d'organisation qui ne sont pourtant intentionnellement visés par aucun acteur. Il s'agira donc d'interroger les tensions entre les logiques d'organisation artefactuelles cristallisées par ces dispositifs et les formes de communication " spontanée " qui s'y déploient. Ces questionnements nous amèneront ainsi à interroger la place de l'intentionnalité et de la norme dans la construction de ces nouveaux phénomènes organisationnels et des interactions qui le composent.Nous conclurons enfin par la formulation de quelques réflexions quant à ce que l'usage de ces dispositifs implique sur la nature des actants avec lesquels l'organisation partage son action et sur la nature des liens qui la lient alors aux autres acteurs sociaux. Dans cette optique, nous nous interrogerons notamment les points d'entrée que notre approche pourrait fournir quant à la question de la subsomption réelle des processus interactionnels et organisants dans le contexte du capitalisme cognitif (Paulré, 2004), (Vercellone, 2003), (Moulier Boutang, 2008), (Moulier Boutang, 2010), (Negri & Hardt, 2004), (Negri & Hardt, 2006). Nous esquisserons ainsi une possibilité de reproblématisation du concept marxien de " general intellect ", de tel sorte que celui-ci ne désigne plus tant le " savoir " et la " connaissance " en général - comme l'entendent les interprétations les plus répandues (Virno, 1992) - qu'un mouvement de socialisation, d'extériorisation (Stiegler, 1994) et de dis-location des processus communicationnels d'organisation et de coordination (Le Moënne, 2004) dans lesquels la question normative - technique, communicationnelle et organisationnelle - occupe une place centrale.
Type de document :
Communication dans un congrès
Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.173, 2013
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-lille3.fr/hal-00839242
Contributeur : Compte Laboratoire Geriico <>
Soumis le : lundi 22 juillet 2013 - 15:51:18
Dernière modification le : lundi 27 novembre 2017 - 10:04:25
Document(s) archivé(s) le : mercredi 5 avril 2017 - 15:47:38

Fichier

axe_1_colloque_cmn_sarrouy_v2....
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-00839242, version 2

Citation

Olivier Sarrouy. Des algorithmes comme actants interactionnels : formes organisationnelles et normes techniques dans le contexte des nouveaux médias. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.173, 2013. 〈hal-00839242v2〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

508

Téléchargements de fichiers

591