Mental illness on Trial: a critical comparative analysis of mainstream News media coverage of mental illness, Race, and crime in canada (2008 - 2011)

Résumé : Procès de la maladie mentale :une analyse critique et comparativede la couverture médiatique dominante sur la maladie mentale, l'ethnicité et le crime au canada (2008 - 2011)
Cet article examine les stratégies différentielles employées par les journaux et autres médias Canadiens dans les différents reportages sur la maladie mentale. Plus spécifiquement, cette analyse porte sur les rapports médiatiques écrits et télévisés au sujet de deux évènements violents survenus en 2008, lesquels impliquaient des personnes racialisées aux prises avec une maladie mentale. nous avons examiné une fenêtre de trois ans du réseau Canadian Broadcasting Corporation afin de mieux comprendre le rôle des médias d'information dans le façonnement des perceptions du public au sujet de la maladie mentale et des personnes qui en sont affectées. notre travail fait partie d'une littérature croissante qui se penche sur les médias et la maladie mentale, laquelle littérature a démontré la récurrence et les défis associés aux phénomènes de stigmatisation et de discrimination.xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office " / > Le rôle des médias dans la représentation péjorative des personnes atteintes de maladies mentales perpétue la stigmatisation et ce, de façon notoire depuis les années 1950. Un large éventail de preuves empiriques tend à démontrer que les reportages médiatiques sur la maladie mentale sont souvent négatifs, erronés et néfastes pour les personnes en souffrant. nunnally (1957; 1962) fut l'un des premiers chercheurs à démontrer de façon systématique les nombreuses erreurs et les à-priori souvent négatifs contenus dans les rapports médiatiques. À ce jour, de nombreuses études sur le conditionnement des auditoires ont reproduit des résultats similaires, démontrant ainsi que les médias propagent et accentuent les stéréotypes au sujet de la maladie mentale (Matas et al, 1986; Day & Page, 1986; Wahl, 1995; Philo et al, 1996; Wilson et al, 1999; rose, 1998; olstead, 2002; nairn & Coverdale, 2005; Corrigan et al, 2005; nairn, Stuart, 2006). Dans un recensement de la littérature pertinente fait en 2001, Francis et al. ont conclu que les représentations médiatiques sont majoritairement négatives, que les journalistes associent constamment la violence et la maladie mentale, et que les média tendent à promouvoir des stéréotypes péjoratifs envers les gens vivant avec une maladie mentale. les représentations médiatiques dominantes établissent souvent des liens entre la maladie mentale et une propension à la violence, à la criminalité et à l'imprévisibilité. Blood et Holland (2004: 330) soulignent que les reportages médiatiques sont fréquemment conçus de façon à ''perpétuer l'idée populaire à l'effet que la personne atteinte d'une maladie mentale est violente, imprévisible et dangereuse '' et également, ils notent que ces bulletins d'information ont comme thèmes sous-jacents ''la peur collective, le danger et l'imprévisibilité''. le contenu et la fréquence de telles nouvelles ont de sérieuses répercussions puisqu'il y a risque de fausse représentation du potentiel violent et criminel des individus atteints de troubles mentaux, ce qui contribue conséquemment à la stigmatisation et à la discrimination de ces personnes (Philo, 1996; rose, 1998; Guillen, 2009; olstead, 2002). Quant à Cutcliffe et Hannigan (2001), ils remarquent que tous ces clichés négatifs peuvent induire des politiques en santé mentale misant davantage sur des approches coercitives (sanitaires et juridiques) et sur des mesures de protection publique plutôt que sur de réels investissements en soins de santé mentale. les effets néfastes de la torpeur morale et de la discrimination issus de reportages biaisés ont des répercussions sur l'employabilité, sur l'éducation et sur le logement des personnes concernées et, ultimement, ils conditionnent les attitudes de la société envers la réhabilitation et le rétablissement (link et al 2001). les couvertures médiatiques ont conséquemment été examinés par les services de santé mentale, leurs usagers, les gens en rétablissement et leurs familles, afin de revoir les normes journalistiques dans le but de générer une information véridique et éthique de la maladie mentale (Patterson 1994; Montgomery 1989; Wahl 1995; Brawley and Martinez-Brawley; Pirkis et al. 2006). Divers onG, centres de recherches et commissions d'enquêtes se sont penché sur le sujet afin d'une part de proposer des lignes de conduite qui encadrent les normes journalistiques et afin, d'autre part, de créer des forums publics visant à analyser les contenus médiatiques. Dans le contexte Canadien où se situe cette présente analyse, la Commission de la Santé Mentale du Canada (créée en 2007) a inauguré une campagne nationale anti-stigmatisation (The Opening Mind Initiative) afin de contrer ce phénomène observé à divers niveaux sociaux. Dernièrement, des chercheurs ont noté des changements positifs dans la couverture médiatique de la maladie mentale, en partie grâce à ces initiatives anti discriminatoires (Stuart 2003; Francis et al. 2004; Henson et al. 2010). Dans cet article, nous employons une approche analytique pour examiner les stratégies différentielles employées par les journalistes canadiens dans leurs reportages sur les maladies mentales. notre intérêt pour ce travail est issu de notre actuelle participation à une recherche d'envergure financée par la Commission de la Santé Mentale du Canada, laquelle inclut la codification et l'analyse des articles et télédiffusions au sujet de la maladie mentale entre les années 2005 et 2012. nous avons sélectionné pour cette analyse deux évènements qui ont eu lieu en juillet 2008 et qui ont attiré une abondante couverture médiatique qui s'est prolongée jusqu'en juillet 2011 (le dernier mois est inclut dans l'analyse). Ces deux cas impliquent des hommes émigrés de l'asie de l'est. Ces derniers ont commis des actes grotesques pour lesquels ils ont été jugés non criminellement responsables. le premier individu, Vincent li, a tranché la tête d'un homme à bord d'un autobus Greyhound alors que le second, narin Sok, a tué sa femme. la coïncidence de ces occurrences presque simultanées, la commune aberrance de leurs actes et l'étendue de la couverture de presse ont contribué à l'analyse comparative des trajectoires médiatiques canadiennes à leur sujet (c.à.d. l'évolution dans le temps du portrait et des discussions médiatiques ). Une série de question guide notre analyse de ces deux cas : Comment la présentation médiatique diffère-t-elle entre la presse écrite et la presse audio-visuelle ? Quelles ont été les principales caractéristiques des stratégies de communication écrites et audio-visuelles ? Comment les journalistes ont-ils discouru au sujet du lien entre la criminalité et la maladie mentale et selon quelles lignes de conduite? Comment l'ethnicité, en tant que déterminant social, a-t-elle été abordée en lien avec la criminalité et la maladie mentale? notre analyse discursive s'intéresse à ces questions (précédentes) à divers niveaux de la production, de l'interprétation et de la réception médiatique afin d'investiguer : a) les modèles et les tendances des contenus textuels, b) les grands thèmes sous-jacents et les pratiques discursives, c) le contexte socio culturel global au sein duquel ces textes sont situés et produits (Fairclough, 2000). Nous puisons dans les trois zones indéterminées de Lull's (2002) afin de suggérer qu'une comparaison des couvertures médiatiques écrites et audio-visuelles (de ces deux cas) offre une toile d'interprétation et d'analyse qui soit englobante et polysémique.
Type de document :
Communication dans un congrès
Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-lille3.fr/hal-00840517
Contributeur : Compte Laboratoire Geriico <>
Soumis le : mardi 2 juillet 2013 - 15:54:47
Dernière modification le : jeudi 4 juillet 2013 - 15:48:35

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840517, version 1

Collections

Citation

Sarah Berry, Alessandra Miklavcic. Mental illness on Trial: a critical comparative analysis of mainstream News media coverage of mental illness, Race, and crime in canada (2008 - 2011). Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. 〈hal-00840517〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

347