Les sites web de journalisme dit participatif en quête de normes identitaires communes ?

Résumé : Depuis l'émergence du web social, les dimensions collaboratives et participatives sont devenues constitutives de l'actualité en ligne. À l'heure actuelle, un site web de journalisme ne semble plus pouvoir être crédible ni influent sans l'ouverture d'un espace réservé aux lecteurs. Cette rupture du monopole des journalistes sur la production de l'information médiatique s'accompagne de l'essor de nouveaux sites web d'informations qualifiés de " pure players ", tels qu'Agoravox, Rue89, Mediapart, Owni ou encore Slate ou LePost qui fondent justement leur ligne éditoriale sur cet aspect participatif. Ces médias se caractérisent par une présentation similaire à celle d'un journal de presse écrite traditionnelle en ligne, mais sont finalement différents par leur fonctionnement et leur positionnement. Ils reposent sur la co-production d'informations entre des internautes passionnés d'actualité, des citoyens témoins d'évènements, des experts mais aussi des journalistes professionnels. Par ailleurs, ils se définissent comme des médias indépendants, libres et transparents et prétendent ainsi se distinguer des médias traditionnels. L'apparition de ces journaux en ligne est récente et ces derniers semblent en phase de construction d'une identité en convoquant des normes communes autour de la culture de l'information participative. Nous notons d'ailleurs une certaine convergence entre tous les sites web de journalisme dit participatif tout autant dans leur visuel, leur mise en page, leur architecture ou encore leur utilisation des réseaux sociaux. Ce sentiment d'homogénéité semble partagé par les internautes. Certains usagers, interviewés dans le cadre d'une recherche doctorale, affirment être incapables de définir les caractéristiques d'un site web de journalisme dit participatif mais savent par contre les reconnaitre au détour de leur navigation sur le web. Notons également que ces journaux disposent tous d'une version nationale française, accompagnée pour une grande partie par une déclinaison de versions étrangères (québécoise pour Rue89, italienne et anglaise pour Agoravox), locales (marseillaise pour Agoravox) ou encore thématiques (Eco89, NaturaVox ou CareVox). Le modèle de la version nationale est reproduit pour chaque déclinaison et nous constatons que la mise en page, les activités proposées ou encore l'organisation des pages ne différent pas d'une version à l'autre. La standardisation visuelle, organisationnelle et communicationnelle de ces sites web semble s'accompagner d'une harmonisation culturelle. Nous proposons donc dans le cadre de cette communication d'étudier les normes et valeurs de ces dispositifs socio-techniques. Nous analyserons les usages prescrits par trois sites web de journalisme dit participatif : Agoravox, Rue89 et Mediapart. Nous partons du principe que ces sites web rendent certaines actions obligatoires, d'autres impossibles ou imposent de les faire d'une certaine manière. La structure de ces sites web incorpore un certain nombre de contraintes qui guident les activités des usagers. L'objectif est d'analyser les pratiques prescrites par ces sites web qui découlent des différentes propositions d'actions, leur importance et leur récurrence. En d'autres termes, nous cherchons à mettre en évidence les affordances de sens (Gibson, 1977) de ces dispositifs sociotechniques. Nous articulons, d'un côté, la " virtualité de l'usager " (Bardini, 1996), c'est à dire les représentations que le concepteur se fait de l'usager potentiel et qu'il traduit en affordances dans le dispositif et de l'autre côté " la virtualité du concepteur " (ibid), c'est à dire les frontières que l'usager rencontre dans son usage et qui sont tracées précisément par ces affordances, soit les limites et possibilités de maniement perçues à travers le design de l'objet technique. Nous cherchons à comprendre ce dialogue implicite entre concepteurs et usagers en détaillant cette coordination, cet ajustement entre les acteurs virtuels. Par ailleurs, nous proposons d'analyser les usages prescrits affichés explicitement par les sites web de journalisme dit participatif (" ce site vous permet de vous informer " par exemple) comme ceux qui sont induits implicitement par le site web au travers de ses propositions d'action. Les formes explicites d'usages prescrits sont nettement apparentes ; elles figurent dans le mode d'emploi ou dans les chartes publiées directement sur les sites web. Cependant, comment recueillir les usages prescrits qui prennent une forme implicite ? Nous nous sommes alors interrogées sur les méthodes adéquates pour analyser des données qui ne sont pas propres à l'usage d'un acteur mais qui sont propres au dispositif. Nous proposons une méthode qualitative inspirée de la méthode sémiotique situationnelle développée par Alex Mucchielli (2005). Cette méthode qualitative nous permet de formaliser les pratiques prescrites par les trois sites web tout en conservant la complexité des phénomènes étudiés (Morin, 1990) et ainsi de ne pas réduire le sens à des explications trop réductrices. Pour limiter les interprétations liées à notre statut de chercheures impliquées, nous prenons appui sur une grille permettant de saisir les différentes significations qui surgissent pour l'acteur en situation, tout en découpant l'observation sur différents niveaux situationnels. Nous présenterons les analyses de Rue89, Mediapart et Agoravox pour enfin mettre en évidence les normes et valeurs partagées par les trois journaux en ligne, en veillant également à identifier leurs différences. Nous montrerons par exemple qu'Agoravox incite entre autre le lecteur à communiquer sur la communauté du site web, alors que Rue89 propose à ses contributeurs de disposer de visibilité en participant à certaines activités payantes. Cette communication vise finalement à éclairer le lecteur sur les processus normatifs engagés dans la construction d'une culture et d'une identité communes à tous les sites web de journalisme dit participatif.
Type de document :
Communication dans un congrès
Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.309, 2013
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-lille3.fr/hal-00840630
Contributeur : Compte Laboratoire Geriico <>
Soumis le : samedi 19 octobre 2013 - 20:11:01
Dernière modification le : mercredi 29 novembre 2017 - 09:27:13
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 janvier 2014 - 02:30:21

Fichier

axe_3_colloque_cmn_heid_de_lav...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840630, version 1

Citation

Marie-Caroline Heïd, Catherine De Lavergne. Les sites web de journalisme dit participatif en quête de normes identitaires communes ?. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.309, 2013. 〈hal-00840630〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

836

Téléchargements de fichiers

359