Public, commercial and civil Television in Europe's New media landscape

Résumé : La télévision publique, commerciale et civile dans le paysage européen des nouveaux médias
Malgré la force croissante des médias commerciaux, les services publics de l'audiovisuel (PSB) restent au cœur de la culture et de l'économie en Europe. Actuellement, trois de ces chaînes publiques - BBC, France Télévisions et la RAI - génèrent des revenus conséquents dans ce secteur en pleine croissance à l'échelle européenne, et entraînent, notamment grâce à leurs audiences, une influence culturelle indiscutable dans chacun de ces pays. Mais la loi fiscale entrée en vigueur, l'émergence des nouveaux médias et les formes innovantes de production interactive et de distribution posent avant tout le débat de la légitimité de la télévision publique et des principes qui la sous-tendent.Généralement associé à des idéaux sociaux-démocrates, le service public traditionnel a souvent été le fruit d'une politique conservatrice et morale. John Reith, premier directeur de la BBC, a été sans doute le créateur de ce service public en Europe (Hodkinson, 2011), qu'il avait initialement mis en place pour "améliorer la connaissance de la société, le goût et la conscience morale" (cf. Reith, en 1924, cité dans Hodkinson, p . 285). Le rayonnement du service public se réclamant du monopole de la raison et de la "qualité", il devient une protection contre la récupération commerciale et contre la concurrence, et participe de la nécessité de construire un portrait-type de la population, dans lequel tout le monde puisse se reconnaître.La perspective de Reith porte un regard intéressant sur les idées de Pierre Bourdieu (1993, 1996), pour qui la "qualité" n'est jamais objective mais reflète les divisions de classe, dans un souci d'atténuer la contradiction entre la production de la démocratie et la diffusion massive de nouvelles significations à travers les structures du marché. En raison de son attachement à la structure d'audience, la télévision est profondément soumise aux pressions du marché, et institutionnellement incapable d'affecter progressivement l'ordre symbolique de la société. Clairement influencé par Pierre Bourdieu, le débat reste centré sur le service public, la "qualité" et "les pressions du marché", faisant ainsi écho à la notion habermassienne de la sphère publique, selon laquelle le service public de l'Europe doit viser à éclairer le débat rationnel.Dans le même temps, les promoteurs de la télévision commerciale sont discursivement associés à la recherche de structure pour " le public " avec un sens démocratique de la convention collective. Ils ont dépeint le service public tel qu'une structure mal alignée avec la sphère civile réelle, imposant des repères qualitatifs avec une arrogance assez antidémocratique. Les partisans du service public soutiennent traditionnellement que le "commerce", l'objectif principal de la télévision privée, est attaché en soi au principe de collectivité de la sphère civile. Elle est destinée à favoriser un type de programmation orienté à court terme selon les préférences individuelles - les formes d'évasion de divertissement et de sensationnalisme journalistique qui font appel à des émotions négatives - et non pas à long terme selon des objectifs et des processus qui favorisent la sphère civile de solidarité.Depuis l'émergence dans les années 1980 au sein du marché télévisuel européen d'une certain dualité entre l'"audience" telle qu'elle est construite par la société et le contenu commercial, il se développe pendant les années 1990 une nouvelle forme de langage orientée autour de la fragmentation matérielle des audiences et des programmes, dû à la multiplication des de l'offre et des chaînes. Cette fragmentation et le nouveau langage organisationnel n'ont pas déconnecté la télévision en tant qu'institution de l'universel portrait-type de la sphère civile. Mais la relation entre la sphère civile et la télévision a incontestablement changé. Nous pouvons expliquer ce changement selon trois axes distincts.Premièrement, étant donné la redéfinition de la logique interne de la production télévisuelle, sa réception dans un nouveau contexte de transformation technologique, la déréglementation et la libéralisation du marché, la mondialisation, ainsi que la fragmentation des auditoires, le système post-consensus est perceptible par la création et la légitimation de nouvelles formes télévisuelles qui transcendent l'impératif traditionnel et qui appellent au public le plus large possible qui doit être compris comme une construction commerciale et politique. Deuxièmement, une partie importante de l'industrie commerciale de la télévision fonctionne selon une logique quantitative amplifiée en termes de téléspectateurs, à travers des récits ouvertement exagérés, mais aussi des jugements et des pratiques journalistiques douteuses. Troisièmement, la numérisation et le développement du contenu Internet ont fourni à des agents de la sphère civile auparavant "sans voix" un accès à l'information grâce à des plateformes de distribution qui sont potentiellement plus participatives et terre à terre (Freedman, 2000).L'objectif de ce papier est de proposer un ensemble cohérent d'outils théoriques et méthodologiques pour expliquer la dynamique culturelle naissante de la télévision institutionnelle en Europe. Nous souhaitons mettre en lumière la structure changeante du débat public face à la télévision commerciale, à travers la lentille du concept théorique de la sphère civile selon Alexandre. Alexandre (2006) plaide en faveur d'une théorie sociologique de la sphère civile définie par son autonomie par rapport aux intérêts politiques et économiques. Au cœur de la sphère civile, on trouve des institutions de communication, qui contribuent aux sentiments collectifs de solidarité autour des idéaux de communauté et de justice, et qui favorisent l'empathie et l'intégration. Ces institutions permettent de recadrer le débat de la société civile à travers les discours et les institutions, fournissant à la critique démocratique des codes civils universels. La sphère civile fonctionne comme une structure squelettique de codes binaires qui opposent les motivations civilisées aux non-civilisées, le relations" sociales " aux "institutions", et leurs catégories correspondantes : "pur" ou "impur", comme dans "le discours de la liberté "plutôt que" le discours de la répression ". Les codes positifs représentent le" sacré "et le" civique ", tandis que leurs opposés représentent le" profane "et l'" anticivique "dans la mesure où ils émergent de domaines extra-civils tels que les marchés, les Etats, les sections ou les partis.Dans la première partie de cet article, nous décrivons la sphère civile d'Alexandre, et établissons un débat entre la télévision publique et commerciale en étudiant l'encodage du discours de la société civile. Dans la seconde partie, nous utilisons ce cadre théorique pour examiner les discours apparaissant dans les deux grands médias de service public espagnols ainsi que dans les médias alternatifs. Nous nous focaliserons sur les évènements qui ont été dans le feu des projecteurs des médias espagnols: la réforme du secteur audiovisuel proposé par le gouvernement en Juin 2005, l'intention du conseil d'administration de la RTVE de contrôler l'information en Septembre 2011, et l'annonce récente par le gouvernement de la réduction du financement public à la RTVE.Cette étude empirique suggère que les formes émergentes de légitimation discursive des télévisions publique et privée sont désormais inspirées à la fois par la sphère civile et par la "télévision publique", comme on peut l'observer grâce au phénomène de l'internet. Les formes privées et publiques de télévision tentent de s'associer à ces structures culturelles, selon un processus qui se condense dans l'émergence d'un nouveau concept de "public" qui n'est pas basé sur des principes rationnels de goût, mais sur la génération d'attentes collectives comme expérience culturelle. Le renouvellement de la télévision publique peut donc émerger dans la convergence de la publicité, du public et du civil.
Type de document :
Communication dans un congrès
Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-lille3.fr/hal-00840644
Contributeur : Compte Laboratoire Geriico <>
Soumis le : mardi 2 juillet 2013 - 17:19:19
Dernière modification le : mardi 2 juillet 2013 - 17:19:19

Identifiants

  • HAL Id : hal-00840644, version 1

Collections

Citation

Esteve Sanz, Maria Luengo. Public, commercial and civil Television in Europe's New media landscape. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. 〈hal-00840644〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

243