L'autorité comme base normative de l'organisation

Résumé : Ces derniers temps, l'autorité des gouvernements établis a été remise en cause à un niveau sans précédent. ainsi, le " printemps arabe " a mené au renversement ou à la contestation de régimes qui s'étaient maintenus au pouvoir pendant des décennies en tunisie, en lybie, en Égypte, au Bahreïn ou en Syrie. en europe, pensons à la réponse populaire aux efforts officiels de renforcement de l'euro. En Amérique, la contestation est venue du mouvement " occupy Wall Street " et de ses nombreux émules. Dans ma présentation, je discuterai du sens de l'autorité, en tant que phénomène normatif et communicationnel.le thème de l'autorité a rarement été abordé dans les études en communication et, dans les cas où il l'a été, son traitement a été surtout superficiel. C'est pour cela que je commencerai par discuter de ce qu'est l'autorité, avec une insistance sur les mécanismes communicationnels qui en expliquent les fondements et les modalités. Je proposerai, en particulier, que l'autorité est la manifestation de surface d'un phénomène plus important que je nomme, en anglais, authoring, ce que l'on peut traduire, comme me l'a suggéré François Cooren, par auteurisation[1]. le mot " auteur ", tant en français qu'en anglais, connote typiquement un individu ou un petit groupe qui écrit un texte, qui peut alors devenir le lieu de l'autorité (Hannah arendt, 1961, élabore sur cette interprétation). Je mets de l'avant une lecture différente de l'autorité en traitant celle-ci comme une caractéristique de toute communication humaine : il s'agit de la manière dont les gens rendent compte de ce qui se passe, sous forme narrative, et font ainsi sens de leur expérience, un phénomène que Karl Weick (1979) a appelé, en anglais, enactment, à savoir la mise en acte ou la performance. l'auteurisation est ainsi continue et non pas un événement sporadique. elle est continuellement générée dans les activités de communication de tous les membres qui constituent l'organisation comme entité. Dans la mesure où l'autorité d'un régime reste en harmonie avec l'auteurisation, comme phénomène diffus continuellement généré dans les conversations multiples de l'organisation, alors il existe une harmonie relative (sinon totale). C'est lorsque le ravin entre les deux s'élargit et devient intolérable que nait le trouble.Dans la mesure où le temps le permettra, je développerai une hypothèse générale quant à une source possible d'un tel écart. Ma proposition est que les technologies de communication peuvent en être l'un des moteurs. Si l'auteurisation est un phénomène diffus, faisant partie d'un processus qui se stabilise dans des réseaux de gens partageant un monde d'expérience et s'installant dans les routines des assemblages réguliers, alors les changements dans les technologies de communication perturbent ces schèmes d'interaction établis, mettant ainsi en branle de nouvelles et précaires configurations d'autorité. La capacité du régime à faire face à des perturbations peut être sévèrement contrariée, minant ce qui auparavant semblait être la base légitime de l'autorité organisationnelle.[1] Il s'avère que ce raffinement conceptuel mène à des difficultés de traduction. Le mot anglais " author " peut être utilisé à la fois comme nom et verbe. en tant que verbe, " to author " peut se passer de sujet ou d'objet explicites, et ainsi l'" authoring " peut être considéré comme un processus ouvert. en français, l'" auteur " est toujours un nom et implique nécessairement l'objet du travail de ce dernier, à savoir le texte. Comment parler de l'" authoring ", comme processus, en français ? François Cooren (communication personnelle) propose l'introduction d'un néologisme, " auteurisation " ou " processus d'auteurisation ", à savoir l'action en cours et continue de l'auteur. Cela permet la distinction par rapport à l'" autorisation ", plus usitée mais déjà chargée d'un sens différent, tant en français qu'en anglais
Type de document :
Communication dans un congrès
Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.178, 2013
Liste complète des métadonnées

https://hal.univ-lille3.fr/hal-00835844
Contributeur : Compte Laboratoire Geriico <>
Soumis le : lundi 22 juillet 2013 - 15:37:42
Dernière modification le : mardi 23 juillet 2013 - 14:12:09
Document(s) archivé(s) le : mercredi 5 avril 2017 - 15:54:47

Fichier

axe_1_colloque_cmn_taylor_v2.p...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-00835844, version 2

Collections

Citation

James R. Taylor. L'autorité comme base normative de l'organisation. Communiquer dans un monde de normes. L'information et la communication dans les enjeux contemporains de la " mondialisation "., Mar 2012, France. pp.178, 2013. 〈hal-00835844v2〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

256

Téléchargements de fichiers

347